Aller au contenu principal
On a brûlé notre micro-ferme

On a brûlé notre micro-ferme


Aujourd’hui on a brulé notre ferme (49). Quelqu’un est entré chez nous dans la nuit de jeudi à vendredi vers 2h40 et a mis le feu à l’abri où nous stockions notre matériel. Nous étions en train de dormir dans notre camion, juste à côté. Celui ou ceux qui ont fait ça n’ont pas pu manquer le fait qu’il y avait sous l’abri des bouteilles de gaz, que l’été est là, et que nous sommes en lisière du grand bois du village, notre bois. La présence de nos deux ânesses (Lilie et Huguette) ne les ont pas arrêtés non plus. Heureusement elles ont pu fuir et elles vont bien, mais elles ont peur de tout.

Le but de notre démarche était de préserver et d’accroitre la biodiversité, de cultiver des légumes et surtout de distribuer des graines, de vendre des œufs, de continuer d’accroitre le verger (forêt nourricière), de créer du lien et de la solidarité, d’éviter la mécanisation pour revenir à une agriculture qui nourrit plus qu’elle ne détruit. Depuis trois ans nous enrichissions le sol, nous nous formons sur ce terrain qui appartient à notre famille depuis plus de 400 ans !

Depuis le 1er mai nous avons enfin créé notre entreprise, notre micro-ferme diversifiée « Le Refuge Sauvage ». Avec Jean nous nous sommes mariés le 29 mai 2021, il y a deux semaines et nous pensions avoir régularisé les quelques heurts avec la mairie qui n’a de cesse de semer d’embuches notre parcours.

Comment expliquer un tel acte ? Sans prévenir, sans menaces, sans une visite préalable ? Nous ne savions pas que nous avions des ennemis.

Jean a rencontré hier dans le chemin du bois, un renardeau, seul et perdu. Il a même pu le filmer quelques minutes. Les animaux sauvages ont prit la fuite, les nôtres sont traumatisés. Le sol est détruit sur la seule partie plate de notre terrain, et ce, ad vitam, puisqu’il ne reste plus rien d’autre qu’une terre dévastée. Tout est pollué. Notre matériel de construction et nos récupérations diverses des trois dernières années ont fondu. Le sol a été sacrifié pour une raison que nous ne connaissons pas. Est-ce notre mode de vie ? Notre façon de concevoir le monde et le vivant ? Est-ce que c’est parce que nous considérons que l’homme est la plus cruelle et dévastatrice des espèces ? Est-ce que c’est parce que nous passons la plupart de notre temps au milieu de la forêt ?

Quel genre de problème sommes-nous ?

Nous avons quitté les lieux après avoir retiré ce qu’il nous restait, c’est-à-dire pas grand-chose. Les pompiers volontaires ont effectué un travail remarquable. En même temps, les incendies criminels c’est pas si souvent ! Nous n’avons pas encore trouvé l’endroit où Lilie et Huguette pourront nous attendre le temps de trouver un autre terrain où tout recommencer. Nous sommes un peu perdus, mais toujours solides.

2 470 € Collectés

0 Jour restant
66 Participations

Organisateur

Robinet Anne-Gaëlle

Profil vérifié

Bénéficiaire

Anne-Gaëlle et Jean